Polyphone ASBL

Polyphone - Mouvement socio-culturel pour la jeunesse
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Culture & Démocratie ASBL

Aller en bas 
AuteurMessage
Layn
Admin
avatar

Nombre de messages : 185
Localisation : Mons (belgique)
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Culture & Démocratie ASBL   Mar 25 Avr - 16:08

En 1993, à l'origine du mouvement, une conviction partagée : la nécessité de défendre ensemble la place de l'art et de la culture, le besoin de créer des ponts entre les communautés et entre les disciplines artistiques, le sentiment de devoir retravailler en profondeur ce qui relie les notions de culture et de démocratie.

Certaines propositions avancées il y a dix ans sont aujourd'hui rencontrées par les autorités : l'urgence d'ouvrir l'enseignement général aux disciplines artistiques, la prise de conscience des enjeux culturels, la prise en compte de la culture dans la lutte contre l'exclusion sociale.

Cependant, plus que jamais, la culture est menacée par la marchandisation. "L'exception culturelle" reste une notion fragile et les valeurs démocratiques qui nous paraissaient assurées il y a dix ans sont menacées par la montée de l'extrême droite et des populismes, un peu partout en Europe.

Il est indispensable de continuer à mener simultanément réflexion et action. Réfléchir quant au devenir de cette société qui nous offre à la fois le pire et le meilleur. Agir pour nourrir la démocratie des valeurs artistiques et culturelles.

Bernard Foccroulle
Directeur du Théâtre Royal de La Monnaie
Président de Culture et Démocratie/ Kunst en Democratie

Lien http://www.cdkd.be/fr/index.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandrine
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Mons
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: rencontre entre l'asbl Culture et Démocratie et Polyphone.   Ven 28 Avr - 20:18

L’asbl Polyphone a été bien représentée lors de cette rencontre le 21 avril – à vrai dire, une des seules organisations de jeunesse présente - et des contacts ont été pris en vue d’un partenariat.

Polyphone peut travailler avec cette asbl pour un atelier théâtre ou un autre projet artistique, organiser une rencontre-débat. C'est une antenne très intéressante sur Mons, et nous pouvons leur apporter un soutien tout en leur proposant des projets.

Une autre rencontre avec l'asbl Culture et Démocratie sera organisée par Polyphone si possible fin juin.

Envie d'en savoir plus ou une idée ? n’hésitez pas sur le forum!!!


Bref historique.

Suite à un contact avec le CPAS de Mons, l’asbl Culture et Démocratie, avec le mécénat de Cera, a voulu aller à la rencontre de s jeunes à travers la mise en place d’un projet artistique pilote. L’objectif est de s’adresser dans un premier temps à une classe d’élèves en difficulté et de travailler avec des partenaires locaux qui assurent le suivi du projet (le Théâtre du Copion et le Chabot).

Le 21 avril, à la Maison de quartier Les Bains Douches de Mons, les élèves de troisième année professionnelle (technique de bureau) de l’école de l’AMAS (Académie des Arts, des Métiers et du Sport, ex-Léo Collard) présentaient une répétition de l’atelier théâtre animé par Angelo Pitzus (Théâtre du Copion) une exposition de photographies réalisées dans le cadre de l’atelier animé par Elisabeth Meis (asbl Le Chabot).
Un débat fut animé avec les élèves, les enseignants, les partenaires du projet et les personnes invitées sur les questions suivantes :

- De plus en plus de jeunes vivent des situations de grandes détresse et accumulent des problèmes familiaux, scolaires, psychologiques…
- Comment l’art et la culture peuvent-ils jouer un rôle pour contrer ces mécanismes d’exclusions?
- Quels moyens mettre en place pour des jeunes en décrochage scolaire ?
- Comment la culture peut-elle jouer un rôle dans la lutte contre l’exclusion ?
- Faut-il tenir compte du vécu des jeunes, faut-il les exclure une fois de plus ?Comment l’école et les enseignants peuvent-ils agir ?
- Quels seraient les moyens d’actions concrets à mettre en œuvre au niveau de l’école, de la ville de Mons ?
- ...


Pour plus d’information :
http://www.cdkd.be/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandrine
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Mons
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: une petite définition...   Ven 28 Avr - 20:36

Culture et démocratie : les séparer pour voir le rapport.

Journal de Culture et Démocratie n°6 - Juin 2003

Eric Corijn,
philosophe et sociologue de la culture, il enseigne à la VUB et à l’Université d’Anvers. Il dirige un centre de recherches urbaines : COSMOPOLIS, City, Culture & Society. Il est co-fondateur de Charte 91, un réseau de citoyens contre l’extrême droite.

"
Le propre de l’animal humain est que le rapport avec son environnement est géré par les intermédiaires que sont l’imagination et la symbolisation. L’imaginaire nous donne la possibilité de se rapporter à des images qui ne reflètent pas nécessairement « la réalité ». Ils engendrent donc une tension qui peut sous-tendre aussi bien un mensonge, qu'un projet, un idéal, une histoire, une religion, un mode de vie… L’image et le réel sont nécessairement différents, mais nous avons tendance à les identifier comme notre image dans le miroir. Pour la réaliser, la différence doit être nommée. C’est le symbolique qui retient les différentes instances de l’existence dans une structure. C'est lui qui donne le code, les signes nécessaires. C’est ainsi que se construit la culture, que se font les cultures. On ne devient humain qu’en les intégrant.

La culture est faite de registres différents. D’abord, elle est élément pratique de la vie sociale, elle régit les façons de faire, elle relie les interactions. C’est ainsi qu’elle est intégrée, incorporée jusqu’à devenir une structure des sentiments. Nous apprenons à réagir d’une certaine façon. Cette définition sociale de la culture opère en premier lieu par la routine, par une vie quotidienne régie par la répétition des différentes pratiques sociales. Notre journée, notre semaine contient des éléments revenant avec régularité : au foyer, au boulot, en passant par le transport, par les rendez-vous associatifs, les loisirs…. Chacune de ces pratiques connaît ses règles, ses formes et ses références. C’est l’habitude des ces interactions qui fait normalité. Cette routine est rythmée par des contrepoints : les fêtes, les voyages, les rencontres, tous les éléments extra-ordinaires sans lesquels l’ordinaire n’aurait pas de sens. C’est cela un mode de vie : les formes de la vie réelle et un mode d’emploi. C’est une culture pratique qu à tendance à nier la différence ou à la vivre comme exceptionnelle.

Toute cette pratique culturelle serait perdue dans l’expérience des seuls participants si elle n’était pas documentée. La vie doit être racontée, photographiée, filmée, peinte, chantée, sinon elle est perdue pour la société. La vie produit des produits ! Les faits sont faits ! Cette documentation est surtout le travail du « secteur culturel », de ceux et celles qui produisent des objets culturels, des artefacts allant du reportage de vacances ou du récit du vécu, au travail artistique se référant au registre large des « faits culturels ». Cette documentation est donc le produit de nous tous en amateurs mais aussi et surtout de tous ces professionnels de la production culturelle.

A l'intérieur de cette documentation s’opère aussi une sélection, la formation d’une tradition, d’un canon culturel, une institutionnalisation. C’est ainsi qu’est faite « notre » culture, du petit groupe à la société. C’est cette sélection qui fait pouvoir d’identification, aussi bien pour une association, que pour un style de vie, que pour un état-nation. Il est clair que « l’identité » - chaque identité - ne se sert que d’une petite partie de la culture documentée et la déclare comme étant l’essence à transmettre dans l’éducation , la socialisation, les médias, la discipline commune…, dans toute opération de la formation d’un « nous ». Chaque sélection est un acte de pouvoir.

Regardons donc la culture sous ces trois angles : la culture vécue de toute vie sociale, le « mode de vie » donc ; la culture documentée, le secteur et le travail culturel ; et puis la tradition sélective qui est le fait de la formation identitaire. Ces trois niveaux sont, depuis le 19ème siècle, surtout intégrés au niveau de l’Etat-Nation. Ce qui « reliait » les gens dans l’ancien régime était « la religion ». Il était inconcevable de vivre ensemble sans partager la même religion, une religion maintenue par les églises comme par les gouvernants. Il a fallu attendre le18ème siècle, celui des lumières, pour être convaincu que l’on pouvait introduire la liberté de religion, que l’on pouvait séparer l’Eglise et l’Etat, que la politique ne devait pas être nécessairement soumise aux lois divins… Il reste beaucoup de gens à convaincre de cette idée, dans beaucoup de régions. Et puis l’Occident à introduit l’organisation du monde en Etats-Nation. Lorsque nous pensons « société », nous pensons « pays ». Cette structure de la société fonde l’Etat sur une certaine homogénéité culturelle. Chaque membre du groupe, du nouveau-né à « l’allochtone » (celui qui vient d’ailleurs) est d’abord intégré, socialisé, discipliné avant de recevoir des droits. C’est la culture nationale qui forme le socle de l’idée de société, et c’est ainsi que les pays sont naturalisés. Nous sommes encore convaincus que pour vivre ensemble, il faut partager une certaine culture. La Révolution française la voulait la plus universelle possible. Le romantisme insiste sur les particularismes, les racines, les traditions…
Cette forme d’intégration culturelle (l’Etat-Nation) opère une sélection forte aux deux niveaux de la pyramide, aux deux transitions : des modes de vie à la culture documentée, et de la création culturelle à la tradition sélective. Les « modes de vie » sont inégalement documentés dans le travail culturel. Les travailleurs culturels viennent, eux, de couches sociales spécifiques et leur créativité, leurs "structures de sentiments" se réfèrent fortement à leur expérience. Il y a donc une forte sous-représentation de certains styles de vie dans le matériel culturel. C'est surtout vrai pour les couches populaires, pour les immigrés et pour les nouvelles tendances, qui ne sont pas équitablement représentés dans la tradition, dans la politique culturelle, dans « la culture dominante ». Ce qui fonde l’Etat et la politique est une certaine vision des choses qui est ensuite naturalisé. L’identité est donc le produit de (au moins) deux opérations déformantes. La multitude des styles de vie contribue de manière fort différente à la création et à la persistance de la culture et tout ce qui existe comme expressions culturelles est fortement réduit dans la politique culturelle. C’est là que se trouve le déficit démocratique culturel.

Avant de regarder ce qui change actuellement sous la pression de la mondialisation, quelques mots de la démocratie. Elle sert justement à légitimer ce pouvoir de sélection, de priorités ou d’orientation de la gestion. Le pouvoir est basé sur la nation (souveraine !) représentée par l'Assemblée parlementaire. Il s’agit donc d’avoir un échantillon représentatif du peuple dans l’Assemblée. C’est pour cela que la démocratie est bien davantage qu’une procédure de sélection (l’élection) ou de décision (la majorité), mais qu’elle doit assurer les conditions même de la participation de tous (les libertés, les droits socio-économiques et les droits à l’éducation). C’est pour cela qu’un Etat démocratique est jugé sur base de la vitalité de sa vie politique mais aussi de la participation de tous et donc aussi des plus démunis. Il est clair que c’est « la culture » au sens large qui alimente le fonctionnement plus ou moins démocratique.
Tout ce domaine culturel est fortement chamboulé par la mondialisation. Elle a emmené sur le plan de la gestion de la société une forte dépossession de l’Etat en faveur du marché (libéralisation, privatisation, dérégulation) et, sur le plan de la culture, une forte multiplication des références mettant en déroute les systèmes d’intégration nationale. La culture et les mécanismes culturels sont de plus en plus dominés par la culture de consommation. Les produits culturels sont perçus comme des marchandises et leur succès est mesuré par leur consommation. Il est clair que le fonctionnement de ce marché culturel et politique est dominé par ceux qui en ont les capacités financières et opératoires : cette « nouvelle classe moyenne » de salariés adaptés au nouveau marché du travail, aux nouvelles formes de productivisme, de compétitivité, de consommation expressive, de la vie en styles de vie, de l’individualisme…. Mais il y a des laissés pour compte : ceux qui n’en ont pas les moyens financiers (les pauvres), culturels (les "autres"), physiques (les vieux) , de temps (les stressés), ou ceux qui résistent (les minorités). Nous vivons dans une société duale. Elle n’est plus dominée par des cultures intégrées en piliers, reliant les croyances, idéologies, styles de vie, associations et expressions politiques, et qui se confrontent politiquement pour une gestion différente de l’Etat et donc de la société. Notre société ne connaît plus de modèles alternatifs à la société de marché. L'Etat est au service du marché, qui est censé opérer l’intégration sociale. Intégration et exclusion sont régis par cette pensée unique. Celle-ci, vidée de valeurs, de traditions et d’idéologies, offre donc un espace plus libre, moins traditionnel, plus différencié. C’est le côté libérateur du postmodernisme. Mais en même temps, elle est tellement réduite au marché, à l’échange libre, à la consommation et au choix individuel qu'elle ne conçoit plus aucun autre lien que l’argent. C’est le côté destructeur du libéralisme qui laisse le champ libre, pour les liens sociaux, à tous les obscurantismes : le fondamentalisme, le nationalisme, l’ésotérisme, et que sais-je encore... Comme le disait Benjamin Barber : Jihad versus Mc World, l'essentialisme contre la marchandisation, et c’est la démocratie qui paie les frais.
Il nous faut donc réinventer la démocratie (et la politique) comme moyen suprême pour reconstruire la société. Il nous faudra pour cela passer par un nouveau "siècle des lumières" qui nous apprendra qu’il ne faut pas nécessairement partager une culture pour vivre ensemble. Il faudra inventer la démocratie post-nationale. Il faudra expliquer comment faire lien sur base de la différence et non sur base de l’identité, du partage et de l’exclusion. Comment donc faire société sans bouc émissaire. Il faudra définir le champ politique des droits universels pour tous à côté de la diversité culturelle et particulière. Il faudra déterminer les niveaux de régulation entre le monde, le continent, le pays et le lieu (la ville). Il faudra donc repenser les rapports entre le cosmopolitisme, le nationalisme et l’urbanité. Il faudra inventer comment croire et s’engager dans « une culture » sans nécessairement en faire « la vérité ». Il faudra adapter les procédures de la démocratie représentative en crise et menacée pour en faire une démocratie participative. Il faudra resituer la démocratie culturelle en termes de représentation et non d’insertion.

Bref la démocratie doit être refondée. Et pour cela nous avons besoin d’une autre culture. Et surtout de quelques autres opérateurs culturels. Quel beau programme. "

Eric Corijn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sandrine
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Mons
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: appel à toutes et tous   Sam 3 Juin - 14:19

Bon ben personne n'a répondu à mon dernier envoi ici No


PAR CONTRE VOICI /

Culture et Démocratie, Polyphone, Le Chabot et le Théâtre du Copion
vous invitent à participer à un groupe de travail sur

Les jeunes et la culture à Mons

et à la réunion qui aura lieu
le mardi 6 juin 2006, de 14 à 16h30
à L’Echo des Murs – 2 rue des Caches à 7000 Mons
(Quartier du Rachot, dans le centre)

Au cours de l’année scolaire 2005-2006, l’asbl Culture et Démocratie a initié un projet-pilote qui a été mené par l’asbl Le Chabot et le Théâtre du Copion à l’école de l’AMAS à Mons.
L’objectif est d’agir comme levier pour encourager la participation artistique et culturelle des jeunes (15-25 ans) à Mons et dans ses environs. Polyphone est une asbl implantée à Mons depuis décembre 2005 qui vise à promouvoir des projets socioculturels et artistiques pour, par et avec des jeunes, dans une optique de partenariat avec d’autres associations intéressées à travailler avec ce public.

Quelle politique culturelle commune et quelles actions concrètes doivent être envisagés pour développer la participation culturelle des jeunes à Mons ?
C’est à cette question que tentera de répondre le groupe de travail (liste des personnes et associations invitées ci-joint).

A l’ordre du jour de la réunion du 6 juin :
- Les origines et les objectifs du groupe de travail.
- La présentation de l’asbl Polyphone et des attentes des jeunes.
- Brève présentation de chaque participant.
- Discussion et échanges.

Cette première réunion sera l’occasion de faire connaissance et de dégager les axes de travail et les actions à proposer.

Afin de préparer la réunion, voici quelques points que nous vous proposons d’aborder au cours de nos travaux :

La participation culturelle peut contribuer efficacement à l’intégration sociale et à l’épanouissement des jeunes. Quelles sont les initiatives existantes à Mons et dans les environs ? Quels sont les attentes, les manques, les difficultés ? Quelles sont les réponses à apporter, les propositions et les dispositifs à mettre en place ?

Est-ce que des liens existent entre les acteurs travaillant sur l'émancipation du jeune (centres d'information, d'accueil, maisons de jeunes…), ceux qui travaillent à son intégration et les opérateurs culturels et socio culturels ? Si oui, quels sont-ils? Si non, pourquoi ne pas essayer d'en créer... Quels sont les enjeux de telles collaborations?

Quels est le rôle de l’école ? Quels sont les projets existants au sein des écoles ? Quels projets sont à encourager et comment faire ?

Et plus largement, que font les acteurs culturels pour et avec les jeunes ? L’offre culturelle est-elle adaptée et accessible ? Quels sont les lieux de production et de diffusion pour nos jeunes artistes ?

Pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre participation par courriel à cultureetdemocratie@pro.tiscali.be ou par téléphone au 02/502 12 15.

Bien cordialement,



Sabine Verhelst et Marie Poncin, Culture et Démocratie
Julien Marcel et Sandrine Verschueren, Polyphone
Jean-Christophe Creteur et Elisabeth Meis, Le Chabot
Angelo Pitzus, Théâtre du Copion


Culture et Démocratie
Rue de la Concorde, 60
1050 Bruxelles
Tél.: 02/502 12 15
Fax : 02/512 69 11
Courriel : cultureetdemocratie@pro.tiscali.be
Site web : www.cdkd.be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Culture & Démocratie ASBL   

Revenir en haut Aller en bas
 
Culture & Démocratie ASBL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Collier "Marie", perles de culture hématite
» Al-Quds(Jerusalem), capitale de La Culture Arabe
» street culture motion graphic video
» Quizz : un peu de culture générale
» Exposition à la maison de la culture d'Arlon : EROSIONS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Polyphone ASBL :: Culture-
Sauter vers: